Exposition / 1981 - en cours

Kaléidoscopies



PERIODE : 1981 – (en cours)
CONTENU : 44 montages / 1167 photos / textes

 

Mon travail d’auteur « signature » avec plus de 40 œuvres colorées de taille variable.
Mes « Kaléidoscopies » sont de véritables tableaux aux multiples facettes avec des séquences d’une à plusieurs dizaines de photographies.
C’est une série évolutive toujours en cours.
Les premières séries sont issues de travaux réalisés et présentés dans les années 80, d’abord aux Rencontres d’Arles, lors de différents stages puis au Sénégal, où j’ ai longtemps résidé. Je puise alors mon inspiration dans le foisonnement de la vie quotidienne et transcende la banalité en y faisant ressortir des détails colorés inaperçus au premier abord.

Après quelques années de latence, la démarche est reprise en 2002 dans la région nantaise.
Puis, régulièrement depuis 2009, les créations reviennent avec des formes rénovées.
On y trouve des mini-reportages et, le plus souvent des montages graphiques composés à partir de différents détails colorés de la rue, de végétaux ou d’animaux.
L’être humain, rarement présent physiquement, y transparait toujours par ses traces laissées sur son environnement quotidien.
Plusieurs niveaux de lecture offrent à l’imagination du visiteur des allers-retours spatio-temporels où la féérie des couleurs frappe toujours l’œil de loin ou de près.

Des mini-films ou séquences où l’œil embrasse d’un plan large l’environnement puis s’approche du sujet jusqu’à s’immerger dans la matière colorée par strates de niveaux.
A l’époque de mes premières créations, au début des années 80, les objectifs à focale variable (zooms) et les logiciels de traitement d’images permettant les assemblages n’existaient pas. L’approche des détails correspond à une approche physique réelle du photographe. L’effet est apparenté au zooming mais la focale de l’objectif ne change pas, c’est la distance qui diminue. On va vers le sujet et ses détails.
Les images sont le plus souvent non recadrées et retouchées à minima.

Deux types de présentation :

– des tirages Cibachrome, à partir de diapositives, faits par le photographe à la période de la prise de vues, dans les années 80 (« vintage prints »), puis assemblés et collés sur cartoline. Ce sont des œuvres uniques, signées au verso, puis encadrées de manière artisanale.

– des tirages argentiques d’images numérisées (soit à partir de diapositives, soit pour les toutes dernières à partir d’un appareil reflex numérique). Ils ont été réalisés à partir de 2007 par le laboratoire professionnel PICTO puis contrecollés sur support dibond et plastifiés à chaud.

 

Les premières séries – Arles 1982
Réalisées lors d’un stage avec Hans Walter Muller aux Rencontres Internationales de la Photographie.
Ce sont mes premières « kaléidoscopies », où j’ai voulu faire ressortir de notre environnement quotidien, les détails colorés intégrés dans ces paysages, détails de la matière, minérale et/ou végétale, ou bien de la production et de l’intervention de l’homme.
Par une approche au plus près du sujet, je cadre la couleur au point de parfois y « entrer » et la faire vibrer de mes imaginaires…
Le vélo de Céline et Valérie, Arles 1982, 12 photographies – 64 x 69 cm. Avec son enchevêtrement d’antivols et de courbes.

Le mur, Arles 1982, 20 photographies – 91 x 55 cm. Mur d’une maison avec un soupirail, maison contiguë à un garage dont les employés ont « essuyé » leurs pinceaux de peinture sur le crêpi.
Jaune et bleu, Arles 1982, 16 photographies – 84 x 60 cm. Avec en opposition le jaune d’un poteau et des rayures du passage clouté et les bombages bleu sur les platanes du cours des Lices.
Le platane bleu , Arles 1982, 10 photographies – 103 x 35 cm. Avec un graffiti de peinture bleue et les reliefs des écorces.


Kayar 1983, 20 photographies – 102 x 60 cm Images de pirogues sur la plage de Kayar (un des plus gros villages de pêcheurs au nord de Dakar)
Youssou N’Dour, Saint Louis 1984, 16 tirages – 84 x 60 cm Images de la pirogue au nom du grand artiste sénégalais, roi du « mbalakh », sur la plage de Saint Louis.
Les Gobelets, Dakar 1985, 16 photographies – 85 x 61 cm Près du marché Sandaga, marché central de Dakar, parmi un étal de gobelets et de bols en plastique.
Bleu, blanc, rouge, Dakar 1986, 30 photographies – 103 x 86 cm.En passant sur la corniche de Dakar, entre les taxis (jaune et noir), les cars rapides (jaune et bleu) et les voitures, une fenêtre aux volets bleus accroche mon regard. Deux rideaux blancs encadrent un rideau rouge. Les couleurs du drapeau tricolore de l’ancienne puissance coloniale devenu après l’indépendance le chantre de la coopération dont je suis le représentant. Je me gare et fais ma série d’images fugitives avec la complicité des alizés…

Séries Sénégal 1983-86

Les drapeaux, Dakar 1984, 35 photographies – 103 x 99 cm. Des photographies des drapeaux à l’entrée de la 6ème Foire Internationale de Dakar (FIDAK)
Rue de Tolbiac, Dakar 1986, 30 photographies – 74 x 63 cm Toujours près du marché Sandaga, un étalage de récipients en plastique coloré avec un mouton en attente de son sacrifice pour la prochaine Tabaski (nom wolof de la fête musulmane de l’Aïd el Kébir).
Cars Rapides, Dakar 1985, 16 photographies – 137 x 31 cm

Les cars rapides sont les transports en commun les plus utilisés dans Dakar et ses banlieues. Tous peints selon la même composition colorée : le bas bleu et le haut jaune séparés d’une ligne blanche. Ils comportent le plus souvent 25 places, se faufilent dans les rues de Dakar, se garent dès qu’un client veut descendre ou monter, invités par le « coxer », jeune apprenti se tenant en équilibre sur le marche pied arrière, accroché d’une main à la portière ouverte qui hèle les passants en psalmodiant le nom de la direction suivie. J’ai voulu rendre la vitesse par des filés à la prise de vues. Dans la bande du bas, les deux images centrales se « rencontrent » dans une pseudo symétrie avec un arbre à l’écorce colorée de traits de peinture rouge qui peut symboliser le risque ensanglanté de la vitesse parfois excessive de ces cars dits rapides…

Rue des Dardanelles, Dakar 1986, 24 photographies – 116 x 37 cm Dans la médina de Dakar, les rues sont spécifiques à des corps de métiers (fondeurs de marmites, vendeurs de pièces automobiles de rechange…). Ici, nous sommes dans la rue des fabricants de valisettes et de malles recouvertes de plaques de canettes (7up, Heineken, Pepsi,…) et de boîtes de conserves en aluminium (thon à l’huile ou la fameuse « Dieg Bou Diar » de tomates qui trône dans toutes les cuisines du pays,..).


Séries Gorée 1985
Un travail sur la symbolique liée à l’esclavage et la traite négrière.
Gorée, île au large de Dakar, est un lieu de mémoire classé au patrimoine mondial de l’humanité depuis 1978.
« Gorée-composition » ou « Avant la dernière traversée… », 1985, 36 photographies – 131 x 94 cm

Cette série est issue d’une démarche reprenant en partie le procédé des peintures sous-verres ou « suwwer » en wolof (peintures traditionnelles sénégalaises, encore appelées « fixés », réalisées en peignant au dos d’un verre dans l’ordre inverse d’une peinture sur toile). Trois images de murs décrépis avec des fenêtres aux volets fermés sur fond de ciel bleu traversé d’une traînée nuageuse sont assemblées par symétrie triangulaire. Les cadres noirs peints au dos du verre symbolisent les barreaux de l’enfermement et bloquent la liberté perdue et tant convoitée qui est évoquée par le ciel et les volutes nuageuses.

Deux séries concernent le Fort d’Estrées (du nom de l’amiral qui prit l’île aux Hollandais en 1677), aujourd’hui Musée Historique.
Le Fort d’Estrées (I), 35 photographies – 103 x 99 cm Ici, je fais ressortir les meurtrières avec quelques barreaux dans les trous noirs des ombres et les murs lépreux ou les moellons de la digue de protection, érodés par l’usure du temps et la force de la mer.

Le Fort d’Estrées (II) ou L’écorché et la tache rouge, 25 photographies – 112 x 80 cm Là, j’ai vu dans les graffiti, un animal et un corps d’esclave comme un écorché dont le sang se retrouverait dans la tache rouge qui termine la série… comme en résonance avec la tristement célèbre « affiche rouge » placardée en 1944 lors du procès des résistants du groupe Manouchian…

Les papillons, 20 photographies – 84 x 73 cm

Une série d’images où apparaissent des papillons « Belles-Dames » ou vanesses du chardon. Ce jour-là, ils étaient des milliers épuisés par leur migration et échoués sur les barques colorées des pêcheurs. Un habitant intrigué par mes prises de vues est venu m’expliquer qu’ils arrivent souvent à cette période juste avant l’hiver, mais pas forcément tous les ans. Pour lui, ce sont les « âmes » de nos ancêtres esclaves déportés aux Antilles qui reviennent au continent africain. Après recherche, je découvre qu’en réalité, ces papillons comme d’autres espèces migratoires de papillons ou d’oiseaux sont capables de parcourir des milliers de kms en colonies très importantes entre l’Afrique et l’Europe, dans le sens Sud-Nord au printemps et Nord-Sud à l’automne. Si ce sont les âmes des ancêtres, ce seraient alors celles des négriers… Là aussi l’usure du temps transparaît dans les peintures écaillées.


Séries Claustra Bata 1985
Deux séries réalisées à partir de la récupération des plaques de plastiques dans lesquelles ont été découpées les semelles des tongs fabriqués dans l’usine de chaussures Bata de Rufisque.
Ces plaques sont récupérées par les paysans et éleveurs des Niayes (près de Dakar) qui s’en servent pour réaliser des clôtures de leurs champs ou de leurs enclos à bétail.
Claustra Bata (I), Niaga 1985, 25 photographies – 103 x 73 cm La série montre à nouveau la richesse colorée de l’environnement quotidien, ici en milieu rural.

Claustra Bata (II) ou recto-verso, Niaga 1985, 30 photographies – 103 x 94 cm Avec un effet de champ/contre-champ ou ombre/lumière en prenant les deux côtés de la clôture.


Deux séries sur le Paris-Dakar 1985
Epreuve bien vite détournée de l’aspect aventure de sa première édition remportée par les frères Marreau avec leur 4L à peine transformée…
(présents ici en 1985, où ils finiront 5ème avec un proto Renault R18 n° 205).
Pour retrouver les classements : http://www.dakardantan.com/paris-dakar-1985/engages.html
Paris-Dakar motos 1985, 24 photographies – 75 x 46 cm Prises de vues de la dernière étape avec le départ en ligne de la plage de M’Boro. Vainqueur : Gaston Rahier sur la BMW 1000 n° 101. Une image d’Hubert Auriol, presqu’anonyme sur sa Cagiva n° 100, qui terminera 8ème. Avec pour finir la série, une image de Thierry Sabine, l’initiateur du « Dakar », donnant le départ de l’étape. L’édition1985, sera celle de son dernier « Dakar » complet. Il disparaîtra avec Daniel Balavoine dans un accident d’hélicoptère en 1986.

Paris-Dakar autos-camions 1985, 42 photographies – 89 x 74 cm

Prises de vues au départ et sur le parcours de la dernière étape sur la plage entre M’Boro et le lac Rose. Vainqueur autos Patrick Zaniroli sur le Mitsubishi Pajero n° 189 devant Andrew Cowan sur le Mitsubishi Pajero n° 188. Vainqueur camions Karl-Fiedrich Capito sur un Mercèdes Unimog n° 614. Anecdote : côté « people bling-bling» : Chantal Nobel en train de dégonfler devant les télés le camion Mercédès n° 620 (pilote Georges Groine, 5ème ). Un clin d’oeil à mon ami Bernard Fraud qui finira 23ème au général et 1er de sa série sur son Mitsubishi Pajero de série n° 328.


Les mises en scène – février 1986
Ici, j’interviens par la mise dans le cadre d’un de mes objets personnels, ma montre, qui est aux couleurs du drapeau sénégalais (vert-jaune-rouge) et donne l’heure des prises de vues avant la numérisation et les horloges intégrées aux appareils photo…. Le lieu est donné par son adresse.
« 104, Rue Blanchot », Dakar le 23/02/1986, 25 photographies – 76 x 56 cm Dans la devanture de mon bijoutier maure, parmi les bracelets d’argent.

« 58, Rue Sandiniéry », Dakar le 18/02/1986, 30 photographies – 76 x 64 cm Derrière le marché Sandaga, dans l’étal d’un marchand mouride de bijoux fantaisie, parmi les bracelets de fil coloré.


Le chargement renversé, Dakar, le 05/11/1985, 20 photographies – 62 x 56 cm Séquence vue de ma fenêtre, rue Mohamed V.

Mer de nuages (II), octobre 1986, 20 photographies – 80 x 60 cm

Des images prises derrière le hublot d’un vol Dakar-Paris au dessus de l’Océan Atlantique, au large de la Mauritanie. L’avion vole au dessus des nuages moutonnés dont les ombres se projettent sur l’océan en dessous. Les effets colorés sont obtenus à la prise de vues et dûs à l’effet optique d’une double polarisation de la lumière, celle du filtre polarisant circulaire placé sur l’objectif conjuguée à celle de la double paroi du hublot. Suivant le degré de rotation du filtre, on passe d’une nuance magenta à une nuance bleutée.


Séries Blain – octobre 2001
Réalisées fin 2001 à Blain, en Loire Atlantique, et dans la forêt domaniale du Gâvre, poumon vert de la région nantaise, très visitée par les chercheurs de champignons à l’automne. Les tirages originaux ont été acquis par la mairie de la commune.
Halloween, Blain, 31/10/2001, 15 photographies – 64 x 74 cm Avec des prises de vues du décor d’un rond-point. En écho avec les deux autres séries, je fais ressortir le rouge tacheté de pois blancs d’un gros champignon en résine, représentant une amanite tue-mouches.

L’amanite tue-mouches, Blain, 21/10/2001, 20 photographies – 90 x 57 cm Inspiré par le décor réalisé sur le rond point d’entrée de la ville pour la période des fêtes d’Halloween, en écho avec cette représentation, je suis allé à la recherche de champignons réels dans la forêt voisine. J’ai réalisé deux mini-séries autour de deux de ces champignons pris dans leur environnement naturel. Le chapeau rouge ressort sur le vert du sous-bois.

Le rond rouge, Blain, 21/10/2001, 10 photographies – 90 x 31 cm Le même jour, sur le bord d’un chemin forestier, en revenant de mes prises de vues mycologiques, j’ai l’oeil attiré par une marque de peinture rouge sur un arbre (signifiant sa coupe et sa mort prochaine). Je complète la série avec cette fois l’intervention de l’homme dans la nature. Et toujours le rouge en contraste dans le vert. Un clin d’œil au platane bleu de 1982 à Arles…


Collection d’images de la centrale nucléaire de Golfech.
La plupart prises depuis l’aire des Dunes sur l’autoroute Bordeaux–Toulouse où je m’arrête régulièrement sur ce trajet. L’impact environnemental et la pollution atmosphérique sont traduits dans les nuages de condensation sortant des tours réfrigérantes de la centrale et le passage des poids lourds sur l’autoroute. Nous sommes dans la vallée de la Garonne, axe de passage de tous les transports dont le train, d’où sont prises quelques vues de l’envers du décor.


Série de la transition argentique-numérique.

Titre en langage phonétique signifiant de la vitesse…

NRJ 2000, Golfech 1999-2006, 36 photographies – 96 x 70 cm


Séries Poissons – Paris, novembre 2008
Réalisées à partir d’images prises dans des aquariums à main levée, parfois à faible « vitesse », d’où de légers flous traduisant le mouvement et l’envie de … sortir.
Dans trois séries, l’aquarium et l’enfermement sont traduits par un ou des cadre(s) intérieur(s) rectangulaire(s) qui peuvent aussi être vus comme ceux d’écrans symboles de nos sociétés voyeuristes.
Les poissons Comètes # 01, Paris 2008, 40 photographies – 70 x 74 cm

Les poissons Japonais, Paris 2008, 20 photographies – 76 x 65 cm

Deux séries avec des poissons de type « Comètes », une avec des poissons dits « Japonais » et la dernière avec des poissons « XL » (sic car un peu plus gros)
qui font le tour de leur « cage » pour éviter de se cogner aux parois de verre, ce qui leur arrive assez souvent…..
Les poissons Comètes # 02, Paris 2008, 40 photographies – 70 x 74 cm Dans deux aquariums avec des objets immobiles posés sur le fond de sable bleu (un genre de cagoule plastique noire et une tête de mort). Une idée d’explosion vers l’extérieur du cadre et la sortie dans des couleurs complémentaires.

Les poissons XL, Paris 2008, 42 photographies – 94 x 58 cm Trois espèces de poissons dans le même aquarium, réenfermés au montage dans trois cadres « concentriques ». Les trois espèces au centre et deux séparées dans deux nouvelles prisons artificielles.


Les Hommages à Villeglé – Nantes, avril 2005
Ce travail est un clin d’œil à Jacques Villeglé, artiste formé aux Beaux Arts de Nantes. Une grande partie de son œuvre repose sur le concept des « affiches lacérées » qu’il a appelées ses « décollages ». 
Mes séries ont été réalisées à Nantes, sur un immeuble Arts Déco situé dans un lieu très passager entre la place du Bouffay et le château des Ducs de Bretagne.
Dès 2002, j’ai été attiré par le foisonnement coloré de l’accumulation d’affiches sur cet immeuble en attente de réhabilitation.
Au printemps 2005, à nouveau sur les lieux en piéton flâneur, j’ai observé les nombreuses strates d’affiches créant une mosaïque colorée.
Comme Jacques Villeglé et ses amis « affichistes » des Nouveaux Réalistes j’y ai vu une œuvre artistique vivante évoluant au cours du temps.
Mon projet photographique se précise.

Le 3 avril 2005, je prends une première série de photographies avec pour but de mettre en valeur l’aspect coloré aux multiples facettes de ce foisonnement polysémique. Trois « niches » constituées de trois ouvertures condamnées sont photographiées et regroupées dans l’« Hommage # 1 ».
Le lendemain, je décide de faire une nouvelle série. J’interviens personnellement dans mon sujet par un « décollage » anarchique, une déconstruction des strates pour remonter le temps. J’arrache des morceaux d’affiches et photographie les couches dévoilées (les papiers arrachés sont visibles sur les deux premières vues des séries de l’« Hommage # 2 »).

En janvier 2012, après quelques années où le sujet est resté en « friche », je me décide à revoir ces images.
Je les trie, les assemble, en élimine, les réorganise, les dispose pour arriver aux deux « kaléidoscopies » finalement retenues.
La première est la version « brute » du regard du photographe coloriste révélant la richesse de la banalité urbaine.
La seconde avec les « décollages », assemblés en remontant le temps, reconstruit l’œuvre comme je l’ai trouvée en arrivant sur les lieux (reconstruction).

« Mes œuvres existaient avant moi, mais personne ne les voyait car elles crevaient les yeux »
Raymond Hains, ami de Villeglé avec lequel il réalisa de nombreuses productions

Hommage à Villeglé # 1, Les trois niches, Nantes, 03/04/2005
51 photographies – 126×67 cm

Hommage à Villeglé # 2, ReDé-construction, Nantes, 04/04/2005
36 photographies – 104 x 78 cm


Les coquelicots – Balma, mai 2009
Variations vert-rouge.
Deux séries à double sens de lecture horizontale et verticale à partir de prises de vues de coquelicots dans un champ de blé.
Les coquelicots # 01, Balma, 18/05/2009 – 20 photographies – 57 x 65,5 cm

En s’approchant les points rouge deviennent taches de couleur et le contraste végétal vert-rouge s’inverse dans les dernières lignes avec l’apparition de coléoptères (œdemères) aux élytres vert brillant dans les étamines des fleurs illustrant la symbiose animal/végétal.
Les coquelicots # 02, Balma, 18/05/2009 – 20 photographies – 57 x 65,5 cm


Les couleurs de novembre, Musée du Montparnasse, Paris, 30/11/2010 – 73 photographies – 90×106 cm

Lors de ma visite de l’exposition sur les Prix Niepce au Musée du Montparnasse, je fus attiré par les verrières du premier étage et la vision par transparence de la vigne vierge agrippée aux carreaux. En contrejour, l’opalescence et les marbrures du verre cathédrale font apparaître les détails colorés avec des effets d’optique. Une nouvelle vision m’est apparue où les couleurs fauves de la végétation automnale s’en trouvent mêlées d’une gamme kaléidoscopique allant du bleu à l’orangé en passant par le vert et les différents tons ocrés. Je suis donc revenu le lendemain prendre une série de photographies rapprochées à une heure méridienne où la lumière extérieure est à son maximum d’intensité. De ces images, j’ai retenu une sélection montée autour d’une vue de la fenêtre centrale et ses barreaux dorés où les couleurs « sortent » du centre monotone (mon automne !) pour sembler s’envoler comme les ailes orangées de feuilles-papillons et devenir les reflets colorés vus par les multiples facettes d’hypothétiques yeux d’insectes !

Gamme en 6 tons ou Mélodie marine, Saint Martin de Ré, 21/07/2012 – 7 photographies – 100 x 33 cm

Amarrés sur des pontons voisins du quai du port de Saint Martin de Ré, le graphisme et la géométrie de ces six voiliers ont attiré mon regard. Sous un certain angle, avec leur mat rectiligne et leur forme ovoïde, ils m’évoquent des notes de musique se balançant sur l’eau au gré du vent. Les couleurs différentes des bâches m’ont donné l’idée de les rassembler comme une suite de notes d’une partition. La vision n’est pas panoramique, chaque vue étant prise sous un angle voisin, comme dans un lent travelling sur des rails parallèles au quai. Sept images pour six couleurs, on est proche d’une gamme.


Les séries IBO
Deux séries montées pour illustrer des thèmes d’expositions collectives des Festivals du Mai Photographique IBO
NUMBER ONE, Nouvelle Calédonie, décembre 2011 – 13 photographies – 65 x 65 cm Montage sur le thème « UN » réalisé avec des images prises en Nouvelle Calédonie autour de la bière locale « NUMBER ONE » avec des dominantes colorées vert et jaune.

Traînées, Balma, 13/08/2012 – 20 photographies – 100 x 87 cm

Montage effectué pour illustrer le thème « Traces » de l’exposition collective du festival IBO 2013. Des photographies prises dans le ciel au dessus de mon jardin une soirée d’août 2012. Cette partie du ciel est située dans un couloir aérien où se croisent de nombreux vols longs courriers. Les traînées de condensation de la vapeur d’eau émise par les réacteurs des avions à haute altitude d’abord rectilignes et fines créent un maillage géométrique. Puis elles s’élargissent en se transformant en véritables nuages de plus en plus « épais » qui dérivent suivant les vents d’altitude en conservant plus ou moins la forme et la direction des traînées. A l’heure crépusculaire des prises de vues et à l’approche du coucher de soleil, elles prennent au fil du temps une couleur de plus en plus chaude aux nuances orangées qui ressortent et prennent lentement la place du bleu complémentaire du ciel. Ce phénomène qui dépend des conditions atmosphériques était particulièrement important ce jour là et m’a donné l’occasion de créer un tableau « kaléidoscopique » du ciel de mon jardin…


Le vol du papillon… Galerie La Mosaïque – Saint Jean (31), 30/10/ 2013 – 41 photographies – 61 x 61 cm

« Le vol du papillon n’est pas désordonné, c’est juste l’écriture d’un poême ». Interprétation photographique du « Poêmétal n° 26 version a », sculpture métallique de Guypierre créée à partir d’un des 36 poèmes de la série n°7 d’Armand le Poête. Guypierre , sculpteur balmanais, inventeur d’un stylo qui écrit avec du métal en fusion a calligraphié en trois dimensions une partie des œuvres de son ami, le poète lyonnais Patrick Dubost. L’écrivain a su créer un univers atypique dans lequel son personnage « Armand Le Poête » livre ses aphorismes à longueur de recueil depuis 1995. Poémes d’amour pour la plupart, les textes d’Armand sont manuscrits, truffés de fautes d’orthographe et chargés en émotion. Lors de la visite de l’exposition de mon ami Guypierre, parmi ses œuvres je fus immédiatement attiré par « Le vol du papillon… ». Deux raisons m’ont attiré, d’abord la variété colorée qu’il a su ajouter avec talent à certains de « ses » vingt-neuf papillons, ponctuant le texte d’Armand. Et puis, ces papillons m’ont renvoyé à ma série « Les papillons » prise dans l’île de Gorée en 1985. Les prises de vues ont été effectuées in situ dans la galerie d’exposition (Galerie La Mosaïque de Saint Jean) sans éclairage spécifique. Après maturation, j’ai arrêté ma composition autour de la géométrie du carré. La sculpture globale s’inscrit dans le carré central puis dans deux séries « concentriques » de carrés plus petits apparaissent les « papillons » saisis en « plein vol » essayant de se libérer et de sortir du cadre. Quatre « croix », deux blanches et deux noires, aux quatre angles de la première série et quelques autres gros plans – dont le p doré du mot poême avec son accent circonflexe voulu par Armand, accent devenu avec Guypierre les antennes du papillon que j’ai placées « en signature » dans le dernier carré en bas à droite – mettent aussi en valeur la finesse et la richesse de l’écriture métallique en livrant à l’observateur un imaginaire de créatures. L’œuvre polysémique « à six mains » fait alors résonner en chacun l’écriture, la sculpture et l’image dans des allers-retours des plus poétiques… et la boucle n’est jamais bouclée… Mon ami Guypierre, artiste aux multiples talents, nous a malheureusement quitté prématurément en cette année 2020 alors qu’il avait tellement envie de poursuivre ses créations et partager ses œuvres.

Vibrations colorées, Pin-Balma (31), 01/06/2013 – 25 photographies – 90 x 60 cm Des images prises lors de l’exposition « Les Arts Conjugués » de Pin-Balma autour des lunettes et d’une œuvre d’une amie peintre, Françoise Angibaud.
Attiré par la concordance et le mimétisme coloré de la monture de sa paire de lunettes qu’elle avait posée négligemment sur son tableau, j’ai pris une série d’images où les couleurs de la peinture et de la monture se confondent et « vibrent » jusqu’à s’évaporer dans le trouble d’une vision floue…

La maison décor, Gorée Sénégal, 1981-1997 – 12 photographies, 100 x 100cm

En revisitant mes photographies prises à Gorée, j’ai constaté que, lors de chacune des balades dans l’île, j’avais saisi des instantanés de cette maison. Presque toujours de face avec un coin de mer à gauche, un coin de ciel plus ou moins bleu au dessus, la masse pratiquement plane de cette maison coloniale abandonnée compose un fond rectangulaire surmonté d’un trapèze de charpentes et de tuiles rouge. Elle est là comme un décor de cinéma immobile subissant l’érosion implacable du temps qui passe. Sur ce plan fixe géométrique, décor de fond d’écran, la vie se déroule indifférente, le cadre faisant partie du quotidien des habitants. La vie, ce sont en premier plan, les femmes occupées aux tâches de la vie quotidienne, entourées de leurs enfants qui jouent parmi les animaux domestiques, moutons ou volailles. La vie, c’est aussi le mouvement du linge qui sèche au vent marin. Ou encore le bateau qui est là pour rappeler le lourd passé du commerce triangulaire et que Gorée est une île au large de Dakar. Prise à différentes saisons, à divers moments de la journée, la maison, plus ou moins éclairée, passe de l’ombre à la lumière et offre des teintes allant de l’ocre au vieux rose, les couleurs caractéristiques de Gorée. Chaque image prise isolément est un concentré de la vie africaine entre un lourd passé – si présent dans cette île mémoire des sombres heures de la traite négrière – qui s’estompe très lentement et un avenir de rigueur insouciante effleurée par les traces de la société consumériste.
Située au nord de l’île, non loin du fort d’Estrées, la maison recèle une mémoire en elle. Son identité est en transition sur la voie de l’oubli. L’ensemble de ces images constitue une fresque de l’écoulement du temps dans ce lieu de mémoire. Une série de 12 images prises sur 16 années, entre 1981 et 1997 et montée seulement en 2013 sous cette forme synthétique inscrite dans un carré.


Le calao de Nianing, Sénégal, 1986-1988
Le sujet du montage est le calao de mosaïque situé au fond de la piscine du domaine de NianingSitué au Sénégal, sur la petite Côte à une dizaine de kms au sud de M’Bour, le domaine de Nianing s’étendait sur un parc forestier d’eucalyptus et de filaos de 140 hectares. Il fut créé en 1972 par un couple de grecs, Apo et Armand, qui firent de ce havre de paix un refuge pour de nombreux oiseaux (calaos, grues couronnées, pélicans, marabouts, aigrettes, tisserins…) et autres animaux (varans, crocodiles…). En 1972, ils le transformèrent en village de vacances. Il est définitivement fermé depuis mars 2015. au Sénégal.Sans cesse renouvelés, les reflets et scintillements du soleil dans l’eau des piscines attirent toujours l’œil des photographes. Ainsi, ce calao de mosaïque ondulant avec les vaguelettes déclenchées à chaque plongeon semble se tordre dans tous les sens pour pouvoir s’évader de ce carcan d’eau. Comme s’il voulait retrouver sa liberté en essayant de s’envoler vers des cieux tout aussi bleu…

Il m’a séduit à tel point que je l’ai photographié à neuf reprises entre novembre 1986 et juillet 1988 dans le but d’utiliser un jour ces images dans une de mes « kaléidoscopies ».  Les temps ont passé … et aujourd’hui en avril 2021, près d’un quart de siècle plus tard, je les ai ressorties de mes archives pour les assembler !

Sur 50 diapositives, j’en ai gardé 49, soit 7×7 pour faire ma composition. Elle aurait pu être carré, mais j’ai conservé le cadrage 2×3 des prises de vues et le montage est rectangulaire comme la piscine. Non recadrées, les photos ne sont pas retouchées. On peut ainsi voir que le rendu des couleurs des 9 photos centrales prises sur film Ilfochrome n’est pas celui des 40 autres prises sur film Kodachrome puisque volontairement je n’ai pas modifié les paramètres de numérisation des scans.

Toutes les photos ont été prises sans repères préalables, presque du même endroit, avec le même appareil et le même objectif, un 135 mm.

Hasard des prises de vues non préméditées, hormis les déformations dues aux vagues la présence humaine est absente sauf sur une photo où apparaît la main d’un nageur semblant vouloir attraper l’oiseau. Je l’ai placée au centre entourée des huit autres photos faites sur Ilfochrome.

Ainsi construit mon montage présente une certaine analogie avec ma kaléidioscopie n°32 des poissons XXL qui est aussi une série aquatique. Ici le sujet est l’oiseau au bec orangé contre les poissons au casque orangé !

Cette série se rapproche ainsi des assemblages de polaroïds que réalisait David Hockney au début des années 80 pour créer des perspectives éclatées de piscines. Depuis il est passé de la photographie à la peinture pour devenir le « peintre des piscines ».

Le calao de Nianing, Sénégal, 1986-1988, 49 photographies – 90×60 cm


Documents


Publications et photos relatives à mes expositions

Commandez le livre de cette exposition

Livre d’auteur


Cette exposition est également disponible sous forme d’un livre à compte d’auteur format 30×30 cm avec de véritables tirages photographiques sur papier brillant

CONTACTEZ-MOI








Poster un commentaire


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *








Mes Expositions