Exposition / 1977 - 2006

Fest’Africa


 

 


PERIODE : 1977 – 2006
CONTENU : 31 photos & textes

 

En Afrique, de nombreuses manifestations et cérémonies sont l’occasion de fêtes où s’expriment la musique, le chant, la danse avec des instruments traditionnels, des parures colorées, des masques, des maquillages, des bijoux et autres amulettes.
Des fêtes traditionnelles d’initiation lors de passage rituel de classes d’âge.
Des fêtes pour accompagner des périodes importantes des activités comme les semailles ou les récoltes, la chasse ou la pêche.
Des fêtes familiales lors des naissances, des circoncisions, des mariages ou des funérailles.
Des fêtes dédiées à des divinités comme Mami Wata, la déesse des eaux.
Des fêtes à l’occasion de manifestations sportives (tournoi de luttes), culturelles, religieuses (pèlerinages) ou de meetings politiques et de visites de chefs d’état.

Les images présentées proviennent du Sénégal ou de Côte d’Ivoire (entre 1977 et 1990) et quelques-unes de Toulouse, en 2006, pendant le festival Rio Loco.

L’ensemble constitue une galerie de la richesse colorée de la fête où perce la foisonnante vigueur de l’âme africaine.
Un témoignage plein de tendresse et d’amour de la vie réelle d’un continent où l’artiste a vécu de nombreuses années.

Fest’Africa a été exposée pour la première fois en mai 2009, à la médiathèque de Lagardelle sur Lèze (31) dans le cadre du MAI PHOTOGRAPHIQUE IBO.

Présentation :
Les diapositives originales ont été scannées et tirées sur papier argentique.
Les tirages d’exposition de 20×30 cm ou 24x36cm sont numérotés et signés au verso et montés sous marie-louise 40×50 cm.
Une série de 12 bâches 60×80 cm tirées par le laboratoire PICTO a été réalisée pour le festival des Chemins de Photos 2018

 

La fête des Masques Bassari
Les Bassari, ethnie minoritaire du Sénégal Oriental aux confins de la Guinée, tentent de conserver leurs traditions animistes en particulier lors des rites d’initiation. La société bassari est organisée en classes d’âge.
Pour devenir « adulte » initié et quitter sa vie d’enfant, le jeune Bassari va devoir passer par le bois sacré et affronter les Masques.
Cette cérémonie annuelle se déroule au printemps près d’un des villages transformé en vaste campement où affluent tous les peuples de la région pour participer à la fête. Des dizaines de moutons et de volailles sont sacrifiés ; la bière de mil fermenté entretient l’ambiance.
Le matin crucial, dans le claquement des détonations des vieux fusils à poudre noire, au rythme des sifflets, une troupe vociférante dévale la colline. Ce sont les Masques, hommes aux visages cerclés d’un disque de fibres végétales, le corps couvert de boue rouge et de feuillages. Enluminés de baudriers de perles, de larges ceintures métalliques, ils entament une danse guerrière, martelant le sol d’un pas lourd. Les grelots fixés à leur cheville tintent dans des tourbillons de poussière.
Emanation de l’imaginaire et des croyances ancestrales, les Masques sont l’incarnation des esprits, sortis des bois sacrés pour initier les jeunes Bassari aux mystères de leur peuple.

Une foule d’hommes forme un cercle sur un des champs. Dans cette arène, les jeunes, vêtus de leurs plus belles parures, arc à l’épaule, une épée de bois à la main, vont affronter leurs aînés masqués. La lutte est inégale. Sur plusieurs dizaines de combats, seuls deux ou trois Masques seront battus. Les petits vainqueurs entrent dans la légende. Mais pour les néophytes défaits, nulle honte. Ils n’ont pas reculé devant le danger et les coups. Leur bravoure les élève déjà au statut d’initié.

Après des heures de danse et de libations, les initiés vont gagner les Bois sacrés pour passer, durant plusieurs jours et nuits, les ultimes épreuves de leur apprentissage et découvrir les secrets du savoir ancestral révélés par le Caméléon fétiche.

Les Masques avant le combat – Ethiolo – mai 1983

Initié Bassari # 1 – Ethiolo – mai 1983

Descente des Masques Bassari – Ethiolo Sénégal Oriental – mai 1983

Masque Bassari – Ethiolo – mai 1983

Initié Bassari # 2 – Ethiolo – mai 1983


Le N’Goron, danse sénoufo
Les Sénoufos, ethnie présente au Burkina Faso, dans le sud du Mali et le nord de la Côte d’ivoire autour des villes de Korhogo et Boundiali constituent un peuple de paysans cultivant le riz, le maïs, l’igname et le coton.
Les rites initiatiques dont le « Poro » est le plus important joue un rôle déterminant dans la vie des Sénoufos. Le créateur Koutyolo s’est retiré loin des hommes et a confié à Katyeléo, divinité féminine, d’organiser le monde. Celle-ci est considérée comme la vieille mère du village et les jeunes initiés comme ses enfants.

Parmi les danses traditionnelles, le N’goron est d’abord une danse sacrée, pratiquée par les jeunes gens à la fin de leur période d’initiation par les anciens « Poro » dans les bois sacrés.
Ils l’apprennent ensuite aux jeunes filles de leur génération qui l’utilisent comme une danse d’accueil ou de réjouissance. Les jeunes filles portent des coiffes en feutre ornés de frises et de tresses de cauris et agitent des touffes de pailles de riz au rythme des balafons et des flûtes traditionnelles.

Danseuse sénoufo # 2 – Boundiali – décembre 1980

Joueur de flûte sénoufo – Boundiali – décembre 1980

Danseuse sénoufo # 1 – Boundiali Côte d’Ivoire – décembre 1980

Danseuses sénoufos – Boundiali – décembre 1980


Le Bougarabou, danse diola
Le bougarabou est un terme polysémique désignant un instrument à percussion fait de bois creusé et une danse pratiquée lors de fêtes de l’ethnie Diola en Casamance, région sud du Sénégal entre la Gambie et la Guinée Bissau.
L’instrument de même nom est un tambour au son sourd fait d’un fût de bois allongé tendu d’une peau de vache. La batterie de bougarabou, composée de 3 à 4 tambours, se joue debout avec les mains et les poignets ornés de grelots.
A Dakar, des troupes de danseurs se produisent pendant les visites officielles de personnalités étrangères comme ici lors du séjour du président algérien Chadli Bendjedid en mars 1987 ou plus loin du premier ministre français Jacques Chirac en octobre 1986.
Danseuses de bougarabou # 1 – Dakar – mars 1987

Marie – Eyoungou Casamance – décembre 1977

Danseuse diola # 1 – Dakar – mars 1987

Pause entre deux danses – Dakar – mars 1987

Danseuses de bougarabou # 2 – Dakar – mars 1987

Danseuse diola aux pompons – Dakar – mai 1985

Danseuse diola # 2 – Dakar – mars 1987


Lutteur sérère – Siné Saloum Sénégal – février 1985

La lutte sérère
Le peuple sérère se répartit du sud de Dakar à la Gambie autour du Siné Saloum.
Les sérères sont à l’origine de la lutte traditionnelle, sport national qui fait le plaisir télévisé dominical des sénégalais
Batteur sérère – Joal Sénégal – janvier 1978


Joueur de tama – Siné Saloum Sénégal – juin 1986 Le tama est un petit tambour en peau de serpent ou de varan d’environ 40 cm de long, traditionnellement joué par les griots wolofs, sérères, peulhs ou mandingues en accompagnement des chants. Il se colle sous l’aisselle et se joue avec le bout des doigts et un petit bâton recourbé.

Masque du sorcier – Dakar – octobre 1986

Griotte aux ballons – Dakar – mars 1987

Danseur peulh – Richard Toll Sénégal – décembre 1978

Jeux de mains – Dakar – octobre 1986

Masque échassier – Dakar – décembre 1988


Le Sabar, tambour et danse sénégalaise
Désigne à la fois la danse, l’instrument et la fête organisée à l’occasion d’une cérémonie familiale comme un baptême ou un mariage chez les wolofs, les lébous ou les sérères.
La danse est exécutée par les femmes qui s’élancent à tour de rôle dans l’aire de danse. Chacune fait ce qu’elle veut en s’accordant sur les différents rythmes à cinq temps.
Danseuse de sabar # 1 – Sénégal – juin 1986

Danseuse de sabar # 2 – Sénégal – juin 1986


Aïssata Baldé – Toulouse – juin 2006 Chanteuse et danseuse d’origine peulh, née en 1976 dans la région de Kolda en Casamance.

Perles et cauris – Toulouse – juin 2006

Doudou N’Diaye Rose – Toulouse – juin 2006 Né en 1930 à Dakar, le roi du sabar était le chef tambour des Ballets Nationaux du Sénégal dans les années 60. Mondialement reconnu, avec sa formation de 50 percussionnistes, il a animé le défilé sur les Champs Elysées à Paris, pour le bicentenaire de la Révolution Française en 1989. Il est mort à Dakar en 2015.

Joueur de Kora – Dakar – mai 1988 La kora est l’instrument à cordes des griots mandingues, une sorte de harpe faite d’une demi-calebasse tendue d’une peau de chèvre et d’un long manche avec 21 cordes.

Gamines peulhs – Sénégal – juin 1986


Documents


Publications et photos relatives à mes expositions

Commandez le livre de cette exposition

Livre d’auteur


Cette exposition est également disponible sous forme d’un livre à compte d’auteur format 30×30 cm avec de véritables tirages photographiques sur papier brillant

CONTACTEZ-MOI







Mes Expositions